e-santé naturelle

Capital santé sous influence naturelle

Compléments naturels

Pour un regain de vitalité !

La nourriture nous fournit tout ce dont nous avons besoin pour vivre en bonne santé. Mais, dans les moments difficiles, certains ingrédients, plus riches que d’autres, apportent un regain de vitalité.

Manger en quantité suffisante et de manière équilibrée est le meilleur moyen d’appréhender la vie avec tonus. Choisir des ingrédients bio, pleins de nutriments et peu raffinés, est aussi un gage en la matière. Dans cette optique d’ailleurs, certains aliments peuvent, à ce titre, être considérés comme des compléments alimentaires au sens large. C’est le cas de la gelée royale, du pollen, de la propolis, de la levure de bière, du germe de blé, des graines germées, des algues, des jus de légumes, des boissons lactofermentées, de l’huile de poisson…, aussi appelés « super-aliments » ; les intégrer aux repas ou décider de cures ponctuelles aide à renforcer l’organisme.

Ceci dit, quand des carences ou des excès sont installés, les compléments alimentaires, dans le sens courant du terme, offrent un coup de pouce salvateur. Savoir les choisir et les utliser en cas de besoin, à bon escient en fonction de votre état de santé.

Prébiotiques & Probiotiques

Les probiotiques sont des micro-oragnismes (bactéries) bénéfiquent pour l’organisme et qui, comme de petites algues microscopiques, vont s’implanter à la place des souches bactériennes nuisibles, sur les parois du côlon. Ils participent activement à la digestion. Le déséquilibre de cette flore se manifeste souvent par une diarrhée.

L’intestin est colonisé d’un nombre fabuleux d’habitants ayant chacun son rôle et ses capacités. Prébiotiques et probiotiques font partie de ces substances importantes que l’on se doit d’apporter quotidiennement afin d’aider notre intestin à accomplir cette délicate et lourde tâche qui nous maintient en vie, en équilibre entre ce qu’il doit garder et ce qu’il doit rejeter.

Les prébiotiques sont des aliments, non digestibles, qui favorisent l’action des probiotiques. Ils sont surtout composés de fibres alimentaires solubles, non digérées. Ils agissent comme des catalyseurs et leur présence permet aux probiotiques de mieux se développer. Leur présence permet aussi de faire descendre le taux de cholestérol et améliore la fixation du calcim et du magnésium au niveau intestinal.

Les produits de la ruche

 « Si l’abeille venait à disparaître, l’homme n’aurait plus que quelques années à vivre » Albert Einstein

Les abeilles produisent 4 produits essentiels : le pollen, le miel, la propolis et la gelée royale.

Le pollen, c’est le « sperme végétal » des fleurs, l’élément fécondant « mâle » que les abeilles butineuses transportent de fleurs en fleurs et sans quoi la pollinisation s’arrêterait rapidement. A ne pas confondre avec les pollens volants allergisants, le pollen des fleurs est exclusivement transporté par les abeilles. Le pollen est collecté sur les fleurs que visitent l’abeille à chacune de ses sorties et qui va lui coller aux pattes. Ce sont les petites pelotes que l’apiculteur récupère à l’entrée de la ruche. Cette substance contient tous les acides aminés essentiels, presque toutes les vitamines du groupe B, mais aussi la provitamines A et les vitamines C, D et E, une foule de minéraux, des enzymes et des substances antibiotiques actives sur les colibacilles.

On le préconise pour stimuler l’énergie physique et intellectuelle, favoriser la croissance, améliorer le vieillissement, la perte d’appétit, l’asthénie sexuelle et les soucis de prostate.

Le miel ne doit pas être considéré comme la suite logique du pollen car il provient du nectar des fleurs, pur saccharose caché tout au fond de la fleur et que l’abeille aspire par sa trompe. Elle le mâche et le remâche, le passe à ses collègues ouvrière qui reproduisent l’insalivation des dizaines de fois avant de le recracher dans les opercules des cadres en cire de la ruche, une substance transformée en pure glucose et fructose. Sa composition est proche du pollen, mais on y trouve beaucoup plus de sucres (80 %), toujours beaucoup de vitamines du groupe B. C’est un anti-anémique puissant, il est légèrement laxatif et transmet assez fidèlement les propriétés des plantes sur lesquelles les abeilles sont allées butiner.

La gelée royale est le « clou » ; substance miraculeuse sécrétée par les glandes céphaliques des abeilles ouvrières, elle nourrit les larves pendant 3 jours en multipliant leur poids par 1000 ! Une de ces mêmes larves, nourrie 5 jours, devient une reine, 2000 fois plus lourde qu’au premier jour. Les premières vivent 45 jours, la seconde jusqu’à 6 ans ! On y trouve tous les acides aminés essentiels, une forte proportion d’acétylcholine (un neurotransmetteur important du système nerveux) et une grande quantité de vitamine B5, essentielle aux fonctions organiques. On aura intérêt à l’utiliser pour les problèmes d’asthénie intellectuelle, physique (convalescence), sexuelle. La gelée royale est réputée pour améliorer la croissance et freiner le vieillissement.

La propolis protège la ruche et ses abeilles. A base de substances résineuses, gommeuses et balsamique récoltées par les butineuses sur les bourgeons et les écorces des arbres, elle tapisse la ruche, colmate les fissures, protège l’entrée, embaume les cadavres d’insectes et désinfecte chaque entrée d’opercule avant que la reine ne vienne y pondre. Constituée de 5 à 10 % d’huiles essentielles, de 50 % de résines et baumes, d’acides organiques, de phénols, de coumarines, de flavonoïdes, de vitamines et minéraux, la propolis est un anti-infectieux par excellence. On l’utilise en traitement d’appoint dans les problème ORL, en stomatologie et son action au niveau cutanée est très étendue.

L’argile

L’argile est une roche sédimentaire qui renferme de nombreux minéraux. Entre les feuillets qui la constituent, ses interstices sont capables de se charger en eau et en ions, mais aussi bien sur en tout un tas de toxines ou autres bactéries nuisibles qu’elle va « aspirer » dans certaines circonstances. C’est son double pouvoir absorbant (en interne) et adsorbant (en externe) qui lui a valu ses lettres de noblesse. La première propriété de l’argile est de « débarasser » ; agissant comme une véritable éponge, elle purifie le corps avant tout, par son action absorbante, lui conférant par là même, une action antimicrobienne de premier choix, mais aussi antibactérienne, antiparasitaire et cicatrisante (propriétés hémostatique accélérant la coagulation). Côté « apport », son apport oligominéral est indéniable. On l’utilise pour les problèmes gastriques (protection de la muqueuse stomacale), en cas de diarrhées, et pour permettre la régulation du transit. Son pouvoir absorbant lutte efficacement contre les gaz, les toxines et les poisons intestinaux.

Les algues

Les algues sont partout ! Certains ont même prédit qu’elles seraient la protéine du siècle quand on aura épuisé les terres cultivables… Quand on sait, effectivement, la richesse de ces « légumes de mer » on en rêve… Les japonais en ont fait un met de choix et la culture des algues comestibles se fait chez eux depuis le Ve siècle ! Et on doit bien se rappeler que l’algue est le premier signe de vie sur Terre. Des plus petites au plus grandes, toutes produisent de l’oxygène, toutes sont remplies de protéines de première qualité, de minéraux et d’oligo-éléments aussi indénombrables que ceux présents dans l’océan, et des vitamines. L’industrie agricole en fait un large usage, l’agroalimentaire l’utilise également et si vous lisez sur vos emballages E-406, n’ayez pas peur, il s’agit d’une algue, l’agar-agar, un gélifiant de premier choix, E-407 est aussi une algue, carraghénane, permettant l’octuosité des crèmes. Mais, les plus consommées à table ont de vrais noms plus romantiques comme « laitue de mer », avec son goût rappelant l’oseille et qui se déguste avec des salades, la « dulse » avec sa saveur douce et à la texture croquante, agréable avec des fruits de mer, la « nori » dont la saveur rappelle le champignon, la plus consommée au monde et que l’on trouve dans les sushis japonais, la « wakamé » au goût d’huître, cultivée en Bretagne, bienvenue dans les potages pour en relever le goût ou en « caviar » sur des pommes de terre au four, le « kombu » à la saveur iodée qui accompagne les légumes, ou encore les « spaghetti de mer » que l’on cuisine avec les poissons. D’autres algues, plus microcopiques, se consomment plus aisément sous forme de gélules ou comprimés comme la spiruline qui contient pas mois de 54 % de protéines, dont tous les acides aminés essentiels, des vitamines, des minéraux… autant d’éléments qui en font un super-aliment. Sa petite soeur jumelle, la chlorella, tient également une bonne place par les phytonutriments qu’elle renferme, notamment des acides gras non saturés, et d’autres substances qui contrôlent les apports en graisses et en sucres et luttent contre les phénomènes inflammatoires. On la recommande aussi pour éliminer les métaux lourds.

Prototype de l’aliment idéal

Les jus de légumes

La prise de jus de légumes répond bien à tous ceux qui ont des fragilités digestives (intestinales notamment, grâce à la diminution des fibres) car nos intestins ne sont pas toujous aptes à recevoir le « tout cru » dans ses villosités. Les jus de présentent donc comme une bonne alternative de « rééducation ». On sait, en terme de santé publique, que la consommation régulière de fruits et de légumes frais diminue incontestablement le risque de maladies, de par leur forte teneur en vitamine C, en carotène, mais surtout en anti-oxydants. L’énergie ? Ce sont tous les minéraux, oligo-éléments et vitamines à leur état le plus avantageux pour nous, d’où la consommation idéale d’un jus réalisé chez soi, à partir de légumes de qualité bio, non traités, pendant ou après récolte à maturité.

Les graines germées

A mi-chemin entre la graine et le végétal, la graine germée, en pleine croissance, sort de sa coquille comme un concentré de vie, non encore accompli mais « en germe ». Mais que cachent ces fameuses graines ? Tout d’abord une vitalité fabuleuse qui tient au fait qu’elles contiennent en elles le potentiel de la plante entière qu’elles veulent devenir. Ensuite, une collection impressionnante de minéraux (calcium, phosphore, potassium, zinc et fer) mais aussi des vitamines, notamment celles du groupe B qui ont fait leur popularité et la vitamine C. On y trouve également des glucides et des protides à l’état unitaire (sucres simples et acides aminés) faisant des graines germées des aliments pratiquement « prédigérés » et d’assimilation très facile.

En savoir plus sur les consultations personnalisées

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s