e-santé naturelle

Capital santé sous influence naturelle

Vous fermentez

Bien avant les réfrigérateurs, les congélateurs, les conservateurs et autres inventions merveilleuses (ou pas) … il y avait la fermentation lactique. Méthode de conservation ancestrale, la fermentation lactique, simple et efficace, permet de consommer, même au coeur de l’hiver, des produits aussi riches en vitamines et minéraux que s’ils étaient frais !

Oui, la fermentation lactique permet non seulement de garder intactes les qualités nutritionnelles des aliments… mais pas que… Elle permet de mieux digérer et assimiler les aliments concernés et surtout de régénérer votre flore intestinale (probiotiques), tellement importante pour le système immunitaire. Alors vous voyez sûrement où je veux en venir… Consommez des jus et légumes lacto-fermentés, de la choucroute, des yaourts (j’ai bien dit yaourts et pas desserts lactés ou autres tentations diaboliques), du pain au levain, du kombutcha, du kefir ou lait fermenté, du miso… Une multitude de produits avec du goût et aux bienfaits certains pour votre santé.

La lacto fermentation enrichit les aliments au lieu de les appauvrir. Et pour ceux qui auraient encore un doute ; non, fermentation lactique n’a rien à voir avec le lactose des produits laitiers. cqfd.

 

En savoir un peu plus sur la lacto-fermentation

La fermentation lactique, ou lacto-fermentation, est un mode de production d’énergie anaérobie qui, en présence de glucides et de bactéries spécifiques (les ferments lactiques), induit la formation d’acide lactique.

La production d’acide lactique provoque une acidification du milieu, qui permet l’élimination d’autres bactéries, éventuellement pathogènes. Elle permet donc la conservation d’aliments. Cette transformation est un des plus anciens procédés de conservation des aliments.

Ce procédé a longtemps été utilisé pour une grande variété d’aliments : choux, carottes, panais, betteraves, concombres, cornichons, oignons, etc. Il est à l’œuvre dans la fabrication des produits fermentés à base de lait comme le yaourt et le kéfir. Il intervient aussi dans la préparation de la choucroute et du levain. Les yaourts maison utilisent le principe de la fermentation lactique.

Les légumes portent sur leur surface des micro-organismes (champignons microscopiques, bactéries) qui, laissés à l’air libre, provoquent la putréfaction. En l’absence d’air et en présence d’une légère quantité de sel qui inhibe les autres ferments, ceux de la famille des ferments lactiques prennent le dessus : c’est le début du processus de fermentation lactique. Ces bactéries se développent en se nourrissant des glucides présents dans les aliments et les transforment en acide lactique. Au fur et à mesure du processus, la quantité d’acide lactique augmentant, le jus devient de plus en plus acide. Cette acidité neutralise le développement de la putréfaction. Lorsque le milieu devient suffisamment acide (pH autour de 4), les bactéries lactiques sont elles-mêmes inhibées. Le produit devient stable, ce qui permet une longue conservation.

Pas que la choucroute pour se faire du bien…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s